Au mois de Juin nous repartons au Brésil et en Guyane pour un roadtrip avec notre van VW T4 Syncro (4×4), la difficulté de ce voyage réside dans le fait que nous effectuons cette fois-ci le voyage avec notre petite fille de 1 an. Voyager en van avec un enfant en bas âge n’est pas vraiment une sinécure et cela demande un peu d’organisation, ce qui nous change un peu dans notre manière de voyager. Nous sommes persuadés de l’effet bénéfique de cette nouvelle aventure sur son développement, mais il nous reste tout de même quelques interrogations du point de vue de sa santé. En effet, en voyageant sur le continent Sud Américain,  nous traverserons plusieurs zones sensibles d’un point de vue sanitaire.

Alors, quelle vaccination faire pour un bébé de 1 an quand on part en Amérique du Sud ? Quels sont les problèmes de santé qu’il est probable de rencontrer durant ce type de voyage ? Dans cet article nous ferons le point sur les précautions à prendre face à des maladies comme le paludisme, le virus Zika ou encore la dengue.

Quel vaccin faire pour voyager avec un bébé en Amérique du Sud

Le premier conseil que nous pouvons vous donner quand on voyage avec un bébé ou un enfant en bas âge c’est d’en parler à son pédiatre. Dans un deuxième temps il est important de faire le point dans un centre de consultation de voyage qui sont des structures de référence en matière de santé à l’étranger.

La consultation voyageurs, pour rappel, est une consultation avec un médecin spécialisé en médecine tropicale qui vous donnera des informations relatives à la santé dans le pays que vous envisagez de visiter. Un déplacement dans un pays étranger vous amènera à rencontrer un environnement qui peut être différent du quotidien. Le milieu, l’alimentation, les maladies que vous allez rencontrer, seront surement distincts de votre milieu habituel. Il est donc impératif  avant de partir de faire le point avec un médecin spécialisé qui vous conseillera sur les précautions à prendre. En l’occurrence, c’est aussi lui qui réalisera les vaccinations recommandées pour rendre ce risque évitable pour la santé de votre enfant.

Le médecin qui réalise cette consultation est le plus souvent un praticien hospitalier qui travaille en transversal dans un service de médecine tropicale, c’est donc un spécialiste au fait des maladies émergentes et qui sera pour vous le meilleur conseiller sur les moyens de prévention à adopter durant votre voyage.

Quel vaccin faire pour voyager avec un bébé en Amérique du Sud

Voyager en Guyane et en Amérique du sud avec notre petite fille de 1 an, nous oblige à la faire évoluer dans un environnement bien différent de son environnement habituel. Son jeune âge fait aussi qu’elle est un sujet particulièrement sensible et immature face à des agents pathogènes inexistants dans son pays d’origine.

Quel vaccin faire pour voyager avec un bébé en Amérique du Sud

Quels sont les risques relatifs à la santé pour un enfant en Amérique du Sud ?

Avant d’effectuer ce voyage il y aura plusieurs points à vérifier pour effectuer ce roadtrip avec des risques mesurés pour sa santé.  En faisant le point avec notre médecin durant la consultation de voyage, il nous a confirmé que nous traverserons des zones où plusieurs maladies inexistantes en Europe sont présentes :

  • Le paludisme
  • La tuberculose (encore présente à Mayotte ou en région Parisienne)
  • la dengue
  • la fiévre jaune
  • le chikungunya
  • le Zika
  • l’hépatite A

Le point commun pour l’ensemble de ces maladies, excepté pour l’hépatite A et la tuberculose, c’est qu’elles ont pour vecteur (transport de la maladie) le moustique Aedes ou Anopheles ! Identifier et connaitre le comportement de ces moustiques vous permettra de mettre en place les mesures de prévention et de protection pour une espèce déterminée à l’avance. Même si j’en conviens, l’idéal est de protéger votre enfant des piqûres de moustiques (de n’importe quelles espèces) tout au long de la journée. D’ailleurs dans cet article nous constaterons qu’en fonction de l’espèce (et de la maladie qu’elle vectorise) certains vont sortir à des moments différents de la journée.

Protéger un enfant contre la fièvre jaune en Amérique du sud

Lors de la consultation voyageur, le médecin vous questionnera sur votre parcours et les pays traversés. Pour vous aider et connaitre les maladies que vous serez amené à rencontrer, il consultera surement la carte interactive de l’institut Pasteur. Les données de cette carte sont constamment mis à jour grâce aux relevés épidémiologiques de plusieurs pays. C’est un des moyens de référence pour adapter les moyens de préventions avant le départ.

Pour la fièvre jaune c’est simple, si vous vous rendez en Guyane, la vaccination est obligatoire pour entrer sur le territoire (ce qui n’est pas le cas du Brésil). Pour le faire en France, il faudra le réaliser durant une consultation de voyage avant votre départ. Durant cette consultation et après la vaccination, le médecin vous remettra un petit carnet jaune qui sera la preuve de votre vaccination. Sans ce carnet impossible d’embarquer dans l’avion, car les agents de comptoir contrôlent systématiquement la présence de ce carnet avant l’embarquement.

Pour vous, comme pour votre enfant c’est donc la même sanction : la vaccination. Cette injection peut être faite chez un enfant à partir de 6 mois mais il est recommandé d’attendre ses 9 mois. Nous l’avons faite à l’âge de 1 an pour Julia et cela s’est bien passé.

Le type de moustique qui transporte la fièvre jaune : le genre Aedes. 

Protéger un enfant en bas âge contre le paludisme

Si vous vous rendez au Brésil ou en Guyane il faudra impérativement protéger votre enfant contre le paludisme. Cette maladie n’est pas présente partout dans ces deux pays et il faudra donc détailler votre parcours au médecin durant la consultation. Pour la Guyane elle est présente partout sauf sur la bande littorale, pour le Brésil elle est présente dans la région du Nordeste, c’est à dire dans tout le quart nord du Brésil.

Comme c’est une région que nous traversons durant notre voyage, nous avons mis au courant le médecin durant la consultation de voyage. Sans rentrer dans les détails il existe plusieurs formes de paludisme, celle que l’on retrouve au Brésil et en Guyane sont le plasmodium falciparum et le Plasmodium vivax qui sont les formes les plus dangereuses.

N’hésitez pas à relire notre article sur les mesures standards de prévention (vêtement long, moustiquaire et antimoustique). En prophylaxie notre médecin nous a prescrit de la Malarone qui est un antipaludéen à prendre de préférence le soir en comprimé. Autant vous dire que nous ne sommes pas enchantés à l’idée de lui donner ces comprimés, mais notre pédiatre et le médecin de la consultation de voyage nous ont vivement conseillé de lui donner.

Le type de moustique qui transporte le paludisme : Anopheles femelles infectés.

Concernant l’hépatite A et la tuberculose.

Nous ne l’avons pas vacciné contre l’hépatite A, pour en savoir sur les précautions à prendre contre cette maladie, nous vous invitons à relire notre article sur le sujet. Je pense que nous le ferons quand elle sera un peu plus grande. 

Nous voulions la vacciner contre la Tuberculose, mais comme vous le savez il n’est plus obligatoire de faire ce vaccin en France depuis 2017. Hormis dans quelques régions de France ou il y’a un risque d’exposition au bacille tuberculeux (Guyane, Mayotte, Ile de France) ce vaccin reste introuvable ailleurs.

Quel vaccin faire pour voyager avec un bébé en Amérique du Sud

Pour protéger votre enfant contre le chikungunya, le Zika ou la dengue il n’y a pas grand-chose à faire  (il n’existe pas encore de vaccin contre ces maladies) mise à part respecter les précautions standards de lutte antivectorielle recommandées par l’OMS contre les moustiques et que nous détaillons dans cet article. Spécifiquement à ce voyage nous avons décidé de mettre en place les mesures suivantes :

  • Pour dormir dans le van, nous possédons une tente nomade pour Julia ou la moustiquaire est intégré. Avant de partir nous l’avons faite enduite de répulsif de type insect écran.
  • A l’hôtel ou chez l’habitant, nous utilisons une moustiquaire de chez insecte écran à base de Perméthrine à 0,9%
  • Au quotidien comme répulsif nous avons choisi d’utiliser les répulsifs de la marque cinq sur cinq famille. Un produit que nous utilisons déjà à l’ile de la Réunion et qui est utilisable pour les enfants à partir de 6 mois ainsi que pour les femmes enceintes (ce produit contient 20% d’IR3535 ce qui est le dosage recommandé par la Société Française de Cosmétologie).
  • Dans les zones impaludées nous avons choisi d’utiliser du DEET à 30% qui je vous le rappelle est la molécule et le dosage recommandés minimum face au paludisme par Société française de parasitologie mais aussi par l’OMS pour les enfants. Pour cela nous nous sommes tournés vers 2 marques : insectecran et cinq sur cinq.

Pour l’écriture de cet article nous sommes aidés de plusieurs articles venant de l’OMS, de la Société de médecine des voyages et la Société française de parasitologie (qui disposent d’un label HAS).

Source

  1. Répulsifs pour la protection contre les moustiques et autres insectes piqueurs. Ministère des affaires sociales et de la santé. 

  2. Choix d’un répulsifs dans la prévention d’une infection par le Chikungunya à La Réunion. Lire ici 
  3. Le site et la calculatrice des besoins sur site de la marque insecte écran. Voir ici 
  4. Conférence de consensus contre le Paludisme de 2007. Lire ici