réussir sa première année en Institut de formation en soins infirmiers


En septembre, grâce à Infimiers.com j’ai eu l’occasion de me poser un peu et de rédiger un bilan personnel de cette 1ére année écoulée en institut de formation en soins infirmiers (IFSI).

C’est donc un copier/coller que je vous présente un article déjà publié sur le site de la communauté infirmière.

En septembre 2012, Yohan faisait ses premiers pas d’étudiant en soins infirmiers. A 32 ans, cet aide-soignant passionné de voyages a fait le pari de devenir infirmier en revenant sur les bancs de l’école. Il nous raconte comment s’est déroulée cette première année…

 Réussir sa première année en Institut de formation en soins infirmiers

Avant de passer ce « satané » concours d’entrée en institut de formation en soins infirmiers, j’ai eu la chance de travailler durant six ans en tant qu’aide-soignant au sein de divers secteurs et services : bloc opératoire, urgences, long séjour, oncologie, médecine, intérim, maison de retraite… Dès le début de ma carrière, j’ai rapidement mis de côté le métier d’aide-soignant pour me focaliser sur le métier d’infirmier, bien qu’ils soient tous les deux complémentaires. Mon envie d’aller plus loin dans la prise en charge des patients était plus forte. Je souhaitais en effet apprendre des gestes techniques, comprendre le cheminement d’un diagnostic infirmier, dispenser des traitements médicamenteux et savoir distinguer leurs effets indésirables… Bref, j’avais soif d’apprendre !

Concours en poche, me voici un an plus tard… C’est l’occasion de faire le bilan de cette première année. En voyant ma promotion pour la première fois, je me suis dit : « Ah oui quand même, ils sont jeunes… ». La moyenne d’âge était proche des 23 ans. Les premiers temps peuvent être assez déconcertants et j’avoue m’être plusieurs fois demandé ce que je faisais là.. Les différences sont grandes et les attentes ne sont pas les mêmes en raison de la différence d’âge. Pourtant, côtoyer ces « jeunes » au quotidien est vivifiant et me fait réaliser qu’à 32 ans j’ai bel et bien vieilli ! J’ai aussi pris beaucoup de plaisir à les voir changer. J’ai pu constater que la formation fait son travail. Elle change leurs regards sur la vie, sur les gens. Nos formateurs appelleraient cela le conditionnement…

réussir sa première année en Institut de formation en soins infirmiers

La clé de la réussite ? Travailler et ne pas rester sur ses acquis

Alors qu’à mon âge la grande majorité des gens sont occupés à fonder une famille et à construire une maison, moi, je reprends mes études ! Du lundi au vendredi, de 9h à 17h, me voilà sur les bancs de l’IFSI. Quoi qu’on en dise, être assis sur une chaise en restant concentré pendant plus de six heures, c’est plutôt fatigant. Oui oui !

J’en profite pour encourager mes collègues aides-soignants. Durant ma courte carrière, j’ai pu constater que beaucoup hésitent à faire cette formation, notamment par peur de ne pas réussir à suivre l’enseignement. Si la motivation est là, n’hésitez pas, foncez ! Vous avez travaillé comme moi pendant plusieurs années à l’hôpital ? Sachez que vous aurez une petite longueur d’avance par rapport aux autres étudiants. Mais attention à ne pas rester sur ses acquis… C’est le piège de cette première année et j’ai failli tomber dedans tête la première. Vous connaissez le fonctionnement d’un service, les transmissions écrites et orales, les dossiers de soins, les équipes pluridisciplinaires, les soins, le matériel… Vous êtes à l’aise avec les patients et avec votre expérience, en tendant l’oreille, vous savez qu’ils sont en insuffisance respiratoire, en les regardant vous savez s’ils ont de la fièvre, vous maîtrisez le langage médical… Ce n’est pas suffisant, il est nécessaire d’aller plus loin durant cette première année. Il va falloir travailler, beaucoup travailler.

Alors qu’à mon âge, la grande majorité des gens sont occupés à fonder une famille et à construire une maison, moi, je reprends mes études

Dans mon IFSI, la charge de travail est assez conséquente, surtout durant le premier semestre. J’ai fourni plus de deux heures de travail personnel par jour jusqu’au mois de novembre. Sur un laps de temps assez court, j’ai notamment dû me remémorer l’anatomie et la physiologie du corps humain et fournir de gros efforts sur la biologie fondamentale qui ne faisait pas partie de mon cursus initial. La psychopathologie des semestres 1 et 2 était également difficile à appréhender. Je vous conseille d’avoir une personne ressource pour vous aider. Venant d’un bac STT vieux de 10 ans, il n’était pas évident de reprendre mes études avec le rythme que cela impose.

réussir sa première année en Institut de formation en soins infirmiers

En outre, j’ai dû composer avec des cours vidéo via une plate-forme mise en place par la région car mon institut de formation est loin des grandes universités et du coup, nous avons peu d’intervenants universitaires. Ces cours en vidéo nécessitent de s’accrocher et de développer des talents supplémentaires pour parvenir à prendre les notes suffisamment vite.

Finalement, après trois rattrapages, je passe en deuxième année en validant 60 ECTS sur 60. Je sais pertinemment que ce n’est que le début d’une longue aventure qui se terminera dans deux ans si tout va bien.

Vers le soin à l’international

D’un point de vue associatif, évidement, il est assez difficile de conjuguer les reportages de Care Conception Through the World avec la formation. Cette deuxième année commence avec un peu plus de certitude : j’ai acquis de nouvelles méthodes de travail et j’ai mis en place un rythme qui me permet d’allier ces deux aventures. De plus, avec Florence, nous sommes assez complémentaires ce qui nous permet de continuer à proposer à la communauté d’Infirmiers.com toujours plus d’interviews de soignants ayant choisi une carrière internationale avec une orientation humanitaire ou non.

Un stage est “normalement” prévu à l’étranger durant l’année 2014. Il me reste à finir de négocier mon départ avec mon IFSI (ce qui, je le crains, ne sera pas évident…). Les week-ends seront quant à eux consacrés à l’aménagement du véhicule qui nous amènera jusqu’en Chine et sur les routes du monde à la fin de ma formation. Si tout va bien, nous serons aussi présents lors d’un grand salon de véhicules d’aventure. Nous ne savons pas vraiment de quoi demain sera fait, et ça nous va parfaitement.

 

1 Commentaire

  1. formation secrétaire médicale
    10 novembre 2013
    Répondre

    je te souhaite vraiment bon courage et bonne continuation
    En avant!!!

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.