Comprendre les enjeux de la vaccination en Guyane


Notre première confrontation à la vaccination a commencé très tôt en GuyaneÀ vrai dire, elle a commencé bien avant même notre départ ! Pour avoir le droit de poser le pied sur ce département d’outre-mer, nous avons dû nous faire vacciner contre la fièvre jaune. Cette condition sine qua non est à réaliser dans un centre de vaccination international, ils sont au nombre de 212 en France !

En Guyane, nous prenions fréquemment en soin  des patients atteints de maladies plus fréquentes qu’en métropole : typhoïde, tuberculose, hépatite, fièvre jaune… Alors nous avons voulu savoir pourquoi ce département français était plus touché par ces maladies. Quels sont les obstacles à l’amélioration de la couverture vaccinale de la population en Guyane ?

Nous aborderons cette problématique sous plusieurs angles pour comprendre les enjeux de la vaccination dans ce département. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si l’Institut Pasteur a un laboratoire de recherche à Cayenne, laboratoire que nous avons eu la chance de visiter lors de notre séjour.

Comprendre les enjeux de la vaccination en Guyane

Comprendre les enjeux de la vaccination en Guyane

Comme nous vous l’avions expliqué dans un précédent article, la situation sanitaire de la Guyane est complexe. Un taux de natalité élevé, la présence importante de maladies infectieuses, des menaces environnementales comme par exemple la pollution des fleuves au mercure à cause de l’orpaillage illégal (l’orpaillage est un terme utilisé pour définir la recherche et l’exploitation artisanale de l’or dans les rivières) sont autant de défis à relever. La faiblesse de l’offre de soins, notamment en matière d’équipements et de professionnels, la précarité et les difficultés d’accès aux soins pour une grande partie de la population sont autant d’obstacles à surmonter afin d’obtenir une couverture vaccinale optimale de la population Guyanaise.

Les enjeux de la vaccination en Guyane

Le manque d’accès à l’eau potable

Lors de ma mission avec Médecin du Monde, j’ai eu l’occasion de me rendre auprès des populations les plus vulnérables de Cayenne. Des quartiers entiers faits de maisons en tôle, cela sans eau ni électricité où des familles entières d’immigrés en situation précaire survivent en attendant une meilleure situation. Notre mission sur place était d’effectuer de la prévention et nous devions les sensibiliser à notre système de soin ainsi qu’au contrôle des vaccins effectués.

Je ne m’attendais pas à trouver une telle situation dans un département français : en Guyane plus de 15% de la population n’a pas accès à une eau potable ! Dans ces quartiers, pour pallier au défaut de raccordement à l’eau potable, les habitants s’approvisionnent en eau au moyen d’eau de pluie, de puits, ou dans les criques et dans le cas le plus difficile, dans les réserves d’eau superficielle (comme l’eau du fleuve Maroni ou l’Oyapoque). Une partie de la population utilise donc de l’eau non potable pour des usages domestiques tels que la boisson, la cuisine ou encore l’hygiène corporelle ce qui peut être problématique.

Comprendre les enjeux de la vaccination en Guyane

Comprendre les enjeux de la vaccination en Guyane

L’utilisation d’eau non potable pour des usages domestiques présente des risques sanitaires. L’eau est vectrice de nombreux parasites, bactéries ou virus qui sont à l’origine de maladies telles que la typhoïde, la polio, l’hépatite A, ou encore des gastroentérites aiguës. La Guyane a d’ailleurs été touchée ces quinze dernières années par 13 épidémies de typhoïde. Les populations les plus exposées sont les enfants et les nourrissons, mais également toutes les personnes présentant des fragilités immunitaires. Les chiffres parlent d’eux même : 15 % de la mortalité infantile (enfants de moins de 1 an) est provoquée par des maladies infectieuses qui peuvent être véhiculées par l’eau. Les diarrhées infectieuses liées à l’eau sont la seconde cause de décès, après le SIDA.

Sans parler du fait que toute eau stagnante est propice à la prolifération de moustiques, moustiques qui sont vecteurs de la fièvre jaune, la dengue et du paludisme (malaria).

Les vaccins permettent de se protéger d’une partie de ces maladies (notamment de la polio et de la fièvre jaune), encore faut-il être à jour de ses vaccinations (voir le calendrier vaccinal). Pour le reste, il faut encore faire des progrès en terme de prévention et de réhabilitation sanitaire de ces quartiers.

Comprendre les enjeux de la vaccination en Guyane

Une géographique unique

La Guyane est le plus grand département français avec une superficie presque égale à celle du Portugal. Elle a deux voisins à proximité : le Brésil et le Suriname. Même si la majorité de la population guyanaise habite le long du littoral, certaines populations amérindiennes et Bushinengués vivent le long des fleuves, parfois à plusieurs jours de pirogues des centres hospitaliers. Le manque d’accès aux soins et l’isolement de cette population sont autant d’obstacles naturels à leur protection. Le suivi vaccinal de ces populations est donc assuré grâce au travail des soignants présents dans les dispensaires isolés (tel que Maripasoula, Saul…).

A cela s’ajoute un autre facteur : la Guyane attire de nombreux ressortissants de pays voisins en quête d’une vie meilleure. Aujourd’hui, les nationalités étrangères représentent 30% de l’ensemble de la population (chiffre Insee de 2007). Lorsque Yohan était infirmier au Centre Hospitalier de Saint-Laurent-du-Maroni (zone transfrontalière du fleuve Maroni avec le Suriname), il a pu constater les difficultés dans le domaine des vaccinations. Notamment, car la Guyane et le Surinam n’ont pas, pour une partie, les mêmes recommandations en ce qui concerne le calendrier vaccinal et n’utilisent pas les mêmes outils de suivis (carnets de vaccination). Un partenariat entre les autorités de santé a été engagé afin de renforcer les connaissances et d’harmoniser les pratiques en matière de vaccination.

De l’autre côté, au Sud, le fleuve Oyapoque marque la frontière avec son immense voisin le Brésil. Là bas aussi des différences existent en terme de vaccination. Contrairement à son voisin brésilien, en Guyane (comme dans le reste du territoire français), la vaccination contre la diphtérie est obligatoire. Grâce à cela les épidémies de Diphtérie qui touchent encore son voisin le Brésil n’atteignent pas la population guyanaise comme le démontre la carte ci-dessous.

diphterie

La situation préoccupante des pays avoisinants et la présence de facteurs de risques tels que l’infection à VIH-Sida, la drépanocytose et les carences d’accès à l’eau potable renforcent l’intérêt d’une prévention par la vaccination.

Guyane et fièvre jaune

Avant de rentrer sur le territoire, nous avons réalisé le vaccin contre la fièvre jaune. Cette maladie due au virus amaril est transmise à l’homme par l’intermédiaire des moustiques du genre Aedes qui pique en journée. La fièvre jaune est une maladie mortelle. Contre la fièvre jaune, il existe un vaccin qui ne nécessite, sauf exception, qu’une seule injection. C’est le seul pays d’Amérique du Sud où la vaccination contre la fièvre jaune est obligatoire. Grâce à cela, aucun cas mortel n’a été identifié en Guyane depuis 1998. La vaccination a donc fait ces preuves !

(Une version modifiée du Règlement Sanitaire International (RSI) de l’OMS entrera en vigueur en juin 2016 et actera que les certificats internationaux de vaccination contre la fièvre jaune sont valides durant toute la vie d’une personne).

Comprendre les enjeux de la vaccination en Guyane

La région Guyane est marquée par l’existence de très fortes inégalités de santé, à la fois territoriales et sociales, mais aussi par des problématiques environnementales spécifiques et uniques. Le défaut d’accès à l’eau potable, la qualité de l’eau, l’habitat insalubre, le paludisme, la dengue, la question du mercure lié à la consommation de poissons, la question des déchets illustrent la diversité et l’importance des questions en santé.

La dengue et le paludisme sont de réels problèmes de santé publique malgré près de 65 ans d’efforts de lutte antivectorielle et de prévention. Depuis 2015 un vaccin contre la dengue existe mais il n’est pas encore reçu d’AMM (autorisation de mise sur le marché) en France.  l’heure actuelle, la prévention de la dengue repose sur la sensibilisation et la mobilisation de l’ensemble de la population.

Cet article a été réalisé et relu dans le cadre de l’information des professionnels de santé sur la vaccination par Santé Publique France (ancien INPES). 

 

vaccin_affiche

Pas encore de commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.