Etre étudiant à l’hôpital manip radio, infirmier, aide-soignant


Etre étudiant à l’hôpital manip radio, infirmier, aide-soignant

L’hôpital… un monde fait de soignants, de patients, de relations humaines, et d’étudiants en tout genre (manip radio, infirmier, aide-soignant…).
Nous pourrions penser qu’être en stage dans un milieu rempli de métiers tournés vers les autres serait chose facile et pourtant…

Être étudiant à l’hôpital manip radio, infirmier, aide-soignant JOUR 1

Le 1er jour de ton stage est en général assez déroutant. Si tout va bien tu arrives dans un service où l’équipe soignante n’est généralement pas au courant de ta venue, et qui d’ailleurs ne remarquera pas où peu ta présence. FAUX. Tu crois que l’équipe ne te voit pas, mais ELLE te voit, tu crois qu’elle ne t’entend pas, mais elle entend tout. Alors, n’oublie pas, à ce moment-là, ou que tu sois : présente-toi. Dans de rares cas, Thérése arrêtera de raconter son week-end à sa collègue Josiane,  pendant 5 min, mais seulement 5mn. Même s’ils oublieront instantanément ton prénom ou ce que tu fais comme étude. Ils retiendront par contre le fait  que lors de ton arrivée dans le service, tu ne te sois pas présenté et tu partiras alors avec un lourd handicap (outre le fait d’être étudiant en soit déjà un), que même un fondant au chocolat ne pourra pas te faire regagner les points manqués bêtement .

Etre étudiant à l’hôpital manip radio, infirmier, aide-soignant

La Tenue

En cours on nous apprend la théorie (au revoir les bijoux, les cheveux qui trainent et autres accessoires…), il faut être irréprochable et propre sur soi pour éviter les infections nosocomiales. Mais de l’autre il y a ce que tu vois en stage…
Oui tu verras tout, je dis bien tout ce qu’il est déconseillé de porter : bracelet, montre, alliance, ongles longs et manucurés : ne te laisse pas séduire par le côté obscur, et reste sur ta ligne de conduite. Il y en a même certaines avec des bagouses à chaque doigt.

Cependant cette histoire de tenue permet de voir en un clin d’oeil à qui on a à faire :
1. Les étudiants 1ere année : rien ne dépasse, les cheveux sont tirés aux 4 épingles, les ongles sont courts et aucun bijou en vue.On voit bien l’étudiant qui à bien apprit son cours d’hygiène.
2. Les étudiants en dernière année : on observe quelques tentatives de coquetterie : les boucles d’oreilles et les coupes tendances font leur apparition. Les sabots sont de couleurs plutôt flashy.
3. Les titulaires en poste : les bagues et alliances ont retrouvé leur place, les excentricités sont évidemment les bienvenues.

 Etre étudiant à l’hôpital manip radio, infirmier, aide-soignant

La Pause avec un grand P

La Pause est un instant crucial pour l’étudiant, un moment attendu, espéré, parfois même rêvé tant nos journées sont difficiles (non en réalité ce sont les lendemains de soirées étudiantes qui sont difficiles). Alors oui la Pause est primordiale ! Même pour un stagiaire.

Y’a rien de mieux que le café qui fait repartir de bons trains, la dose de nicotine qui fait oublié les sales réflexions de Josette du matin ou l’encas qu’on n’a pas eu le temps de prendre avant de partir. Mais bon, encore faut-il pouvoir en prendre une… eh oui ne te fies pas aux apparences ce sera rarement genre « tu viens ? On prend notre pause ». C’est bien connu un étudiant n’a pas de vie et n’est jamais fatigué.Il n’a donc pas besoin de pause.

Bizarrement, à un moment de la journée, tu te retrouveras seul et tu chercheras celle qui t’encadre : ne perd pas ton temps à chercher : elle, elle est en pause. Eh oui sans toi, sans te prévenir et c’est comme ça. Tu es étudiant.Un étudiant ne pète pas, ne boit pas , ne mange pas, ne fume pas. C’est un étudiant.

Le bon plan, sur un terrain de stage , c’est de te trouver un pote de Pause (souvent un autre étudiant du même service). C’est le gars sur qui tu pourras compter qui passe te voir et te dit : « tu viens on fait une pause ». ALLÉLUIA ! Et enfin tu vas pouvoir accéder au sacro-saint des saints. The place to be, l’endroit ou tout se passe, ou les langues se délient.

Etre étudiant à l’hôpital manip radio, infirmier, aide-soignant

La salle de pause, aussi plus connut sous le nom : « d’office ». Attention jeune étudiant, ce lieu est peuplé de pièges, de choses à faire et à ne pas faire. Si tu commets une faute, tu pourrais t’attirer là encore les pires ennuis, et ta note de stage pourrait en pâtir. Pour t’aider jeune étudiant, j’ai décidé de t’en exposer quelques une :

1. Certains Mugs/Tasses paraissent être à disposition de tous…FAUX. Il n’en est rien. Jacqueline vieille Aide-Soignante sur le retour a l’habitude depuis 30 ans de boire son café  dans sa tasse aux couleurs de Lasilix, offert par le représentant du labo. Alors Malheureux ne t’en approche surtout pas… dans le cas contraire elle ou son clan te notifiera du sacrilège que tu viens de commettre par mégarde.

2. La salle de Pause est aussi régie par certaines règles « d’ancienneté », c’est un peu comme dans les bus : laisse les places assises aux anciennes et aux titulaires. Rappelle toi, tu es étudiant, un étudiant n’est jamais fatigué, et il n’éprouve jamais le besoin de s’assoir.

3. Tu remarqueras vite cet étrange rituel que personne n’a su m’expliquer à ce jour : avant de s’installer, boire un café ou simplement manger un bout, tous mettent un morceau de sopalin sous leur tasse…(???).C’est complément nul, et ça n’absorbe rien ! oui cela surprend, j’en conviens. Surtout que, dans la majorité des cas, ils passeront quand même l’éponge sur la table à la fin… Alors jeune étudiant, respecte donc cette curieuse tradition.Quand tu mets la table, n’oublie jamais le bout de sopalin.

Je suis maintenant convaincu que tu ne verras plus ta pause comme avant, tu peux me dire merci.

À oui un dernier conseil…Les soignants du service vont te dire que tu peux prendre du café de leur réserve perso…attention ! Cela vaut pour les 2-3 premiers jours, après ramènes-en, tu n’auras plus aucune excuse. Et là tu devras faire gaffe quand tu apporteras ton café. Car L’important n’est pas de ramener du café …mais de faire remarquer que tu as ramené du café. Exercice subtil et néanmoins difficile.

Etre étudiant à l’hôpital manip radio, infirmier, aide-soignant

Le jour de l’évaluation

Les MSP (ou Mise en Situation professionnelle), c’est LE jour qui ne ressemble à aucun autre !
Il y a 2 raisons à cela :

-La 1ére :  tu vas devoir réaliser un examen sous l’oeil des cadres formateurs, en exagérant  à l’extrême tout ce que tu fais, et je dirais même en prenant des précautions que tu ne prends jamais d’habitude (vérifier en large en long et en travers l’identité de ton patient, laver tes mains une quinzaine de fois, avant, pendant, et après. Tout nettoyer dans les moindres recoins après, prendre de « vrais » repères anatomiques à la peau et ne pas travailler sous scopie…),

-La 2éme :  (conséquence du 1) tu prendras 3,  voir 4 fois plus de temps que d’habitude, et tout le monde trouve ça normal.

Les 3 mots magiques qui te sauveront presque de tout : Parle, parle et parle avec ton patient.Normal tu me diras. La technique passe après, d’autant plus que ton « jury » sera absorbé dans la conversation et sera, de ce fait, moins attentif à tes potentielles petites erreurs (astuce simple et efficace). Focalise-toi à gagner sa confiance et à le mettre à l’aise et ce sera nickel.

Le Top du Top c’est que ton patient te complimente et rigole avec toi (stade ultime qui te fait gagner un Bonus plein de +++). Enfin Good Luck

Etre étudiant à l’hôpital manip radio, infirmier, aide-soignant

Les 10 règles d’Or

bon résumons simplement les 10 préceptes du parfait stagiaire :
1. Présente-toi, en dépit de l’inintérêt ambiant qui règne dans la pièce.
2. Ne vas jamais (jamais, jamais, jamais) déranger ton référent pendant sa pause (sous aucun prétexte je dis bien) même si ton patient fait un OAP sur la table, tu as ton brevet de secouriste non ?
3. Si Genevieve te demande de balancer sur sa collègue qu’elle ne peut pas blairer, ne prends en aucun cas parti. Oui les histoires de service ne te concernent pas. Les « on-dit » vont vite, très vite. Évite-les, et tu éviteras les ennuis .tes propos seront vite déformés et amplifiés…
4. Ne contredis jamais (oui je n’ai encore dit jamais) les propos d’un soignant. Même si c’est de la grosse connerie. D’un il ne tiendra pas compte de ce que tu as dit (un stagiaire n’a pas de hobby) et de deux il pensera que tu es arrogant. Il pensera que tu es un » je sais tout ».
5. Apprends à repérer le seul gars du service qui aime à étaler sa science, pose-lui des questions : il va t’adorer. C’est malheureux, mais c’est comme ça. Il faut toujours flatter l’ego d’un diplômé.
6. Ne prends JAMAIS la tasse Lovenox, Lasilix, primperan…de Micheline, sous peine de sanction grave.
7. Toujours à l’affut, tu seras, des sonnettes. Elles sont exclusivement pour toi. Toi seul
8. Le frigo du service où tout le monde semble se servir quand il ont faim : ben c’est encore un leurre : fait pour les patients, utilisé par les soignants, et surtout pas pour les étudiants.
9. Tu aideras toujours ton prochain (j’entends par là tes collègues étudiants, quel qu’il soit).
10. Et enfin la plus importante de toutes : N’oublie jamais, je dis bien jamais d’amener un gâteau quelques jours avant la fin de ton stage, sinon les générations d’étudiants de ta promo seront maudis, et partiront avec un lourd handicap.

Etre étudiant à l’hôpital manip radio, infirmier, aide-soignant

 

La faute à qui ? La faute à quoi ?
Certains diront qu’avec les années et le nombre d’étudiants qui passent les soignants diplômés sont blasés, qu’ils ne sont pas en nombre pour devoir gérer « ça » en plus (d’autant plus qu’ils n’ont pas le choix) qu’ils ne sont pas pédagogues, d’autres diront que c’est le stagiaire qui n’a pas su s’intégrer, d’autres encore qu’ils n’ont pas le temps( ou qu’ils ne prennent pas le temps) pour expliquer et apprendre… Former fait pourtant partie de la plupart des  décrets de compétences des métiers de la santé.Être formé par ses paires. Certains ont heureusement compris que « perdre » un peu de temps les 1er jours pour apprendre tel ou tel soin/examen est en réalité un gain pour le lendemain puisqu’ils pourront justement déléguer ces mêmes soins/examens, et laisser plus d’autonomie à cet étudiant. Il faut savoir semer si l’on veut récolter !

La suite au prochain épisode…

Flo

Certaines illustrations de cet article proviennent de l’excellent blog de Dan.

2 Commentaires

  1. Avatar
    floraline
    16 septembre 2013
    Répondre

    tu oublies le 11ème commandement: être le premier à répondre à la sonnette!
    Etant diplômée depuis 2 ans, mon point de vue sur la place du stagiaire a bien changé. Etre étudiant ce n’est pas évident, être encadrant c’est compliqué!
    On peut bien vivre son “adolescence” professionnelle … en tombant sur la bonne équipe
    A quand l’épisode 2?

  2. Avatar
    HNelly
    27 octobre 2016
    Répondre

    Je me suis tellement reconnue dans toute ces phrases que cela m’as fait mourir, tout est si bien dit, on se sent moins seul.

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.