Passer un week-end à Paramaribo au Suriname !


Habitant et travaillant depuis bientôt 1 mois à Saint-Laurent-du-Maroni, il était inévitable d’aller se promener le temps d’un week-end du côté du Suriname. En effet, la ville de Saint-Laurent-du-Maroni est située juste en face de la ville d’Albina au Suriname. Si vous venez au Suriname vous vous rendrez compte que la ville d’Albina ne présente pas vraiment d’intérêt, hormis pour réaliser quelques courses chez le Chinois. Nous décidons donc d’aller voir un peu plus loin, direction la capitale du pays : la ville de Paramaribo (ou Parbo pour les intimes !).

Passer un week-end à Paramaribo au Suriname !

Passer un week-end à Paramaribo au Suriname !

La ville de Paramaribo est située à moins de 2 heures de route de la ville d’Albina. Pour vous y rendre, vous avez le choix entre le taxi ou le bus. Où trouver un taxi ? Ne vous en faites pas, c’est eux qui vous trouveront ! En effet, à peine sorti de la pirogue à Albina, une horde de chauffeurs vont vous vous sauter dessus littéralement en criant : “Paramaribo, Paramaribo ?” C’est à ce moment qu’il va falloir user de vos talents de négociateur.

Mais avant de prendre le taxi, passage obligatoire du côté de la douane Française et Surinamaise pour faire tamponner notre passeport et notre carte touristique.

Bon à savoir

Pour aller à Albina, pas besoin d’acheter une carte touristique.

Par contre pour vous aventurer à Paramaribo une carte touristique ou un visa est plus que conseillé.

Tarif :

  • Carte touristique (tarif 2015) : 22€ valable pour un séjour de 3 mois max et un aller/retour.
  • Visa touristique (tarif 2015) : 42€ et 48h d’attente (votre demande de Visa part à l’ambassade du Suriname à Cayenne). Validité de 3 mois max avec autant d’entrée et de sortie du pays que vous voulez.

Passer un week-end à Paramaribo au Suriname !

Passer un week-end à Paramaribo au Suriname !

Passer un week-end à Paramaribo au Suriname !

Passer un week-end à Paramaribo au Suriname !

La pirogue pour effectuer la traversée Saint-Laurent du Maroni/Albina vous coûtera entre 2 et 3 €. Pour le taxi les guides touristiques avancent un prix de 20€ l’aller en taxi et 15€ en bus. Plus vous êtes nombreux et plus vous avez une chance de faire descendre ce prix. Lors de ce week-end, nous étions 6 et nous avons payé un prix de 15€ par personne pour le taxi, ce qui nous semble plus que raisonnable compte tenu de la distance.

Notre chauffeur : Auguste, nous a donc conduit “à la vitesse de l’éclair” (roulant à 130km/h au lieu des 80 autorisé…) dans la capitale de cette ancienne colonie néerlandaise. Je vous rassure, la route a été refaite récemment, c’est une belle route sans difficulté.

À bord c’est le grand luxe, climatisation, lecteur DVD au plafond avec le concert d’Alpha Blondy en fond et une sono digne d’un vrai sound system. La voiture, une belle Toyota 7 places rutilante et au volant auguste à la classe, la grande classe. Nous essayons de discuter avec notre chauffeur, même s’il est peu évasif sur ses activités. Mais le contact est plutôt chaleureux, la musique reggae à bord aidant. Nous convenons même du trajet retour avec lui. Il viendra nous chercher directement à notre guesthouse pour le même prix qu’à l’aller !

Passer un week-end à Paramaribo au Suriname !

Passer un week-end à Paramaribo au Suriname !

La faune et la flore sont relativement semblables à celle de Guyane, tout est encore très vert ici. La population semble la même qu’à Saint-Laurent-du-Maroni, ce qui s’explique notamment par l’histoire commune de ces 2 villes pendant notamment la guerre civile de 1992 au Suriname. La seule chose qui change ici par rapport à Saint-Laurent c’est qu’on roule à gauche et que les voitures ont leurs volants à droite. Les panneaux de circulation et les gens ici parlent Néerlandais, en effet le Suriname est une ancienne colonie Hollandaise, ce n’est donc pas pour rien qu’on appelle ce pays la Guyane Néerlandaise. L’empreinte des Pays-Bas est encore fraîche et pour cause, l’indépendance du Suriname est plutôt récente puisqu’elle date de 1975 seulement !

Auparavant, pour rallier Albina à Paramaribo, il fallait rouler sur une piste caillouteuse, aujourd’hui c’est une belle route goudronnée qui relie ces 2 villes. Comme dans la ville d’Iracoubo en Guyane, il y a un poste de police avancé où est effectué un contrôle d’identité à mi-chemin de Paramaribo.

Paramaribo-5265

Notre guesthouse en plein centre de Paramaribo

Avant de partir, nous avions pris soin de réserver une nuit dans une guesthouse trouvée au hasard sur le net. Les infrastructures hôtelières ne manquent à Parbo, une rapide recherche sur internet nous le confirme. C’est donc un peu par hasard que je réserve une nuit au Zin resort. Vous le savez, nous n’aimons pas nous pavaner dans le luxe en voyage, mais là, la photo du site internet montrant la superbe piscine au bord du bar m’a fait prendre ma décision très rapidement. Un simple mail m’a suffi pour réserver, pas d’avance de frais et en plus à des prix défiant toute concurrence.

Pour une chambre de 4 personnes et une chambre de 2 nous avons payé la somme de 265 SRD (69 €), soit un peu plus de 10€ la nuit par personne !

Le confort à l’intérieur est sommaire, literie de basse qualité, meuble vieillot, clim qui fonctionne mal, salle de bain riquiqui, mais on s’en fiche ! Nous avons une piscine (et un bar) pour nous permettre de nous rafraîchir de nos futures pérégrinations dans le centre de Paramaribo.

Paramaribo-5369
Paramaribo-5268
Paramaribo-5371

La proximité de l’hôtel nous permet de partir à pied découvrir le centre-ville. Il va falloir faire vite, car les magasins ici ferment à 15h00 (même le samedi) ! C’est donc armé de nos appareils photo que l’on commence notre découverte de la fameuse capitale à l’accent Néerlandais.

Le centre historique de Paramaribo

Le centre-ville est composé de bâtiments à l’architecture en bois d’inspiration coloniale, son centre historique est d’ailleurs classé au patrimoine mondial de l’UNESCO. Nous ne connaissons de la Louisiane que ce que nous avons pu voir des films Américains ou les photos vues sur  internet, mais c’est vraiment frappant cette forte ressemblance avec cette ville du Sud des États Unis.

Nous commençons notre balade par le centre historique, la place de l’indépendance, le palais présidentiel, le bord du fleuve (Riverside Boulevard) ainsi que le grand marché central. Nos premières impressions sont plutôt positives : Paramaribo est une ville plutôt propre et très bien entretenue avec d’anciens bâtiments qu’ils ont su préserver (enfin uniquement le centre ancien, car le reste de la ville est plutot sale). Nous déambulons dans les rues avec sérénité, les lieux sont calmes et paisibles. De nombreux gardes font des rondes à pied et nous voyons régulièrement la police circuler.

Paramaribo-5271

Paramaribo-5274

Paramaribo-5484

Paramaribo-5478

Paramaribo-5474

Paramaribo-5458

Paramaribo-5440

Paramaribo-5434

Paramaribo-5433

Paramaribo-5272


Le centre historique se situe juste à côté du centre-ville. Il y a 2 rues commerçantes avec de nombreux magasins de chaussures et de vêtements. Les prix sont très abordables, on se demande d’ailleurs si se sont des originaux ou des contrefaçons, ce qui est sûr c’est qu’on ne voit pas la différence au premier coup d’œil.

“De nombreux Guyanais viennent au Suriname pour faire des achats, il faut dire que le taux de change vaut le coût, en septembre 2015 : 1 euro = 3.88 SRD”

Pour ce midi, on fait simple avec de la restauration rapide et je ne suis pas déçue, je découvre ici une nouvelle sorte de frites : des frites façon potatoes (des cajun fries), un vrai régal. La majorité des plats sont à base de poulet (est-ce l’influence indienne ou la rareté du boeuf ici ?). Il faut dire que le Suriname a su développer son côté touristique (comparé à la Guyane) : tout le monde parle au minumun 3 langues ici (si ce n’est pas 4 ou 5) et nos échanges se font naturellement en anglais.

Nous ne sommes pas vraiment fan de la cuisine traditionnel (plat Javanais en faite) que l’on retrouve aussi en Guyane : le bami et le nassi. Des plats à base de riz et de pâte, de sauce saté et du poulet.

Paramaribo-5283

Paramaribo-5290

Paramaribo-5291

Paramaribo-5292

Paramaribo-5293

Paramaribo-5567

Paramaribo-5385
Passer un week-end à Paramaribo au Suriname !

Passer un week-end à Paramaribo au Suriname !

Paramaribo-5342
Paramaribo-5507

Paramaribo-5502

Un beau cadeau pour l’un de nos contributeurs Ulule

Lors de notre balade, nous nous arrêtons auprès de Oliver qui vend des objets qu’il sculpte lui-même avec son couteau. Personnage sympathique nous discutons avec lui en Anglais, il nous raconte l’histoire et la représentation de chaque sculpture. Il y a le bonheur, la famille, la mère, le rire, la paix et bien d’autres encore. On se décide donc à lui prendre une sorte de petit visage sculpté dans le bois pour l’offrir à l’un de nos contributeurs Ulule.

Alors contributeur, si tu lis ces lignes, le porte-clé réalisé par Oliver est pour toi et sera bientôt dans ta boite aux lettres.

Paramaribo-5491

Paramaribo-5496

Paramaribo-5476
Fleuve Suriname


Paramaribo-5469

Paramaribo-5465

Paramaribo-5464

Crever la roue de son vélo à l’autre bout de Paramaribo

Après une longue balade à travers les rues du centre sous une chaleur harassante, nous décidons de rentrer, fatigués par les 2 heures de route mais aussi notre semaine de travail.

Les filles choisissent de terminer la journée en se baignant à la piscine de l’hôtel, quand à moi je souhaite continuer ma découverte de Paramaribo en louant un vélo typiquement Hollandais, mais mes aventures ne vont pas se passer comme prévu…

En effet, après à peine 1 heure de balade à vélo et une fois arrivé à l’autre bout de la ville, c’est ce moment que j’ai choisi pour crever la roue de mon vélo sur la route. Me voilà donc contraint de rentrer à l’hôtel à pied et en poussant mon vélo.

Paramaribo-5421

Paramaribo-5402

Jour 2 – du fort Zeelandia à la synagogue Neve Shalom.

Après une courte nuit et un lever aux aurores, nous nous concentrons sur le centre ancien qui est situé juste à côté de notre guesthouse. Au programme : courte balade sur les bords du fleuve (Riverside Boulevard), le jardin des palmiers (Palmentuin), découverte du fort Zeelandia, la mosquée de Keizerstraat et la Synagogue Neve Shalom.

Mais avant cela direction la petite guest house Zuz and Zo pour un copieux petit déjeuner ! C’est à cet endroit situé au Grote Combeweg 13a qu’il est possible de louer votre vélo. Apparemment il est aussi possible d’y dormir, lors d’un prochain séjour peut-être ? 

Paramaribo-5420

Paramaribo-5412

Paramaribo-5413

Paramaribo-5407

Paramaribo-5408

Paramaribo-5441
Paramaribo-5454

Paramaribo-5452
Paramaribo-5436

Paramaribo-5431

Paramaribo-5399

Paramaribo-5397

Paramaribo-5574

Paramaribo-5572

La mosquée et la Synagogue Neve Shalom

La population du Suriname est très cosmopolite, nous avons était étonné de retrouver plusieurs habitants d’origine Indienne. Leurs arrivées au Suriname s’expliquent notamment avec l’abolition de l’esclavage qui a eu lieu en 1863. Les colons ayant toujours besoin de mains d’oeuvre font venir des Hindoustanis (indiens Pakistanais), des Javanais, mais aussi des Chinois pour travailler.

Le centre-ville recense donc de nombreux lieux de culte, les plus célèbres d’entre eux sont certainement la mosquée de Keizerstraat et la Synagogue Neve Shalom sur l’avenue de Keizerstraat. Il est d’ailleurs important de souligner qu’elles sont situées côte à côte ce qui montre bien que le vivre ensemble fonctionne assez bien au Suriname.

La Cathédrale Saint-Pierre-et-Saint-Paul est aussi un monument emblématique de Paramaribo, c’est en effet le plus grand édifice tout en bois de toute l’Amérique du Sud et une des plus grandes au monde !

Paramaribo-5542

Paramaribo-5546

Paramaribo-5554

Paramaribo-5555

Paramaribo-5556

Paramaribo-5561

Paramaribo-5578

Paramaribo-5582

Paramaribo-5590

Le week-end se termine déjà et il est temps de faire nos sacs à dos, car Auguste nous attend avec son taxi en bas de l’hôtel. C’est donc sur un magnifique coucher de soleil sur le fleuve Maroni que nous reprenons la pirogue en sens inverse.

Suriname, on se retrouve bientôt !

Bon à savoir !

Au Suriname nous avons eu d’énormes soucis pour payer et retirer de l’argent avec notre carte bleue.

Il s’avère que les cartes bleues “VISA” ne fonctionnent pas ici et ne sont reconnues que dans une seule banque : la “republik bank” et leur guichet “blue machine”. Aucun problème néanmoins si vous avez le logo “Mastercard” sur votre carte bleue, celle-ci est acceptée partout.

Pour ne pas être embêtés, nous vous conseillons donc de retirer de l’argent en Guyane puis de faire le change dans un “cambio” en arrivant ou de chercher les fameux guichets bleus dans le centre de Paramaribo.

Paramaribo-5621

Paramaribo-5619

Paramaribo-5623

6 Commentaires

  1. 12 septembre 2015
    Répondre

    Quelles péripéties

  2. Un beau reportage complet, avec de jolies photos et des textes passionnants. Merci !

  3. 14 septembre 2015
    Répondre

    Et ben, belle balade! Rien que la traversée en pirogue, ça a l’air sympa…
    Après, ça doit être surprenant cette influence Néerlandaise en Amérique Latine!

  4. location ile maurice
    16 septembre 2015
    Répondre

    Je me joins aux autres pour confirmer la belle description que vous avez faites. Ma femme et moi prévoyons prochainement de partir en voyage. C’est comme une sorte de deuxième lune de miel. Et je suis chargé de trouver des destinations enrichissantes et inoubliables. Mais je n’arrive pas à situer Paramaribo. C’est dans quel continent exactement s’il vous plaît? Comment est la courtoisie de la population locale? La sécurité est-elle fiable? Merci

  5. Didier
    17 juillet 2017
    Répondre

    Bonjour,
    Auriez-vous une traduction du formulaire de renseignements à remplir en douane à Albina ? La dernière fois que j’y suis allé ce fut un calvaire pour le remplir car les douaniers ne veulent pas aider. J’ai du attendre environ une heure avant qu’un français ne m’apporte son aide.
    Merci

  6. Jean-Claude
    21 août 2017
    Répondre

    Bonjour
    Ayant prévu un voyage en octobre avec voyage en pirogue de Maripasoula à
    St Laurent, au vues de votre blog, je suis vraiment tenté par Paramaribo.
    Merci pour ces superbes photos et compte re,du.
    Jean-Claude

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *