Thibaut c’est le gars qui qui nous ressemble un peu : il a la bougeotte ! Infirmier de son état, il est parti tenter pendant plusieurs mois l’aventure du côté du Canada, à Montréal. Pour notre communauté de soignants nomades il revient pour nous sur cette expérience extraordinaire où il a pu évoluer dans un service d’USIC !

DSC00193

Travailler en tant qu’infirmier au Canada




Tu es parti travailler au Canada, où étais-tu ?

Salut à vous tous. Je suis parti au CANADA en septembre 2013, contrat d’une durée de 2 ans mais pour une raison que j’expliquerai plus tard j’ai rompu ce contrat au bout d’un an, malgré tout, l’expérience est formidable sur tous les plans ! j’ai travaillé au Québec dans la ville de Montréal, pour l’hôpital Sacre Cœur de Montréal, hôpital en partenariat et rattaché à l’université de Montréal. Comme tous les nouveaux arrivants, après une période de cours théoriques, nous allons en stage, d’une durée de 3 mois dans un des services MCO (Médecine Chir Obstétrique) de l’hôpital, le choix ne m’a pas été donné, puisque voulant travailler en USIC (unité coronarienne au canada), j’ai été orienté vers un service de chirurgie polyvalente.

Malgré cela, après ces 3 mois de stage fortement utile tant la différence d’organisation ou même la terminologie médicale est différente, j’ai pu enfin intégrer l’unité coronarienne.

Travailler en tant qu'infirmier au Canada

Groupe Facebook : infirmier dans le monde

Si vous aussi vous avez pour désir de travailler à l’étranger en tant que professionnel de santé, n’hésitez pas à nous rejoindre sur notre groupe Facebook pour venir chercher des conseils pratiques sur l’expatriation !

Travailler en tant qu'infirmier au Canada

Pourquoi le Canada ?

Pour une première expérience à l’international, cette destination est de loin la plus facile en terme d’organisation/préparation et non ce n’est pas pour le célèbre hiver canadien que j’ai décidé d’immigrer. Les recruteurs québécois sont présents en France, pour ma part ma première rencontre avec eux s’est déroulée lors du salon infirmier de Paris un an avant mon départ, ils y proposent des entretiens, une mise en relation et nous aident pour le début des démarches administratives.

Ensuite, il y a une reconnaissance des diplômes Français qui permet de travailler au Québec sans avoir à repasser l’examen de l’ordre (québécois). Et puis enfin nos cousins parlent Français ! Et puis je dois dire que pour une première expatriation, pourquoi pas ne partir loin, j’avais un peu le gout de l’aventure !

Quelles démarches as-tu du réaliser pour travailler au Canada ?

Les démarches, même si nous sommes aidé par le par le RSQ (recrutement santé Québec) et l’OIQ (ordre des infirmiers du Québec) sont tout de même lourdes et longues, je ne compte pas le nombre de recommandés, les paiements divers à effectuer, inscription à l’ordre, assurances, etc que j’ai du effectuer, mais le jeu en vaut la chandelle, après plusieurs mois de dur labeur nous obtenons le fameux sésame : le visa de travail !

Travailler en tant qu'infirmier au Canada

Travailler en tant qu'infirmier au Canada

Travailler en tant qu'infirmier au Canada

Peux-tu nous parler du service où tu étais ?

Le service où j’exerçais est nommé unité coronarienne, c’est l’équivalent de nos USIC (Unité de Soins Intensifs Cardiologiques) ici en France.

Une formation de 1 mois est dispensée à chaque nouvel arrivant. Elle s’appuie sur 2 gros volumes de 300 pages chacun consacré aux spécificités du service et il  y en a !

Donc dans un premier temps, 1 semaine de cours théoriques avec présentation du matériel et visite du pole : soins effectués en unité coro, surveillance des patients intubés, manipulation du cathéter de Swan ganz, du respirateur, des ballons de contre pulsion, gestes d’urgence et un gros gros volet sur les troubles du rythme !

Parallèlement une visite du service, des salles de cathétérisme (je n’y ai pas exercé) du bloc cardio et des soins intensifs (réanimation chirurgicale cardiaque).

Bref 1 mois de formation nécessaire !!! (qui s’ajoutent aux 3 mois lors de l’arrivée) malgré que j’avais travaillé précédemment en usic en France pendant plusieurs mois ! Les prises en charge sont plus lourdes, et l’infirmier a beaucoup plus de responsabilités ici au Canada.

Y’a-t-il des différences au Québec dans ton travail d’infirmier ?

J’en viens à ce point, oui les différences sont nombreuses. C’est surtout cet aspect que je retire de cette expérience au Canada !

Dans les services généraux au Québec, l’infirmier travaille en binôme avec l’auxiliaire infirmier.

Le premier (nous) a un rôle plus de prise en charge globale du patient : surveillance, adaptation des thérapeutiques, lien avec les médecins, la famille, les examens, le suivi, et surtout l’évaluation !!!! j’entends par là : évaluation des thérapeutiques, de la douleur, de l’intégrité physique et psychologique, mais aussi et surtout l’auscultation (pulmonaire, cardiaque et gastrique, palpation, etc.)

L’infirmier auxiliaire est habilité pour la plupart des soins infirmiers: évaluation surveillance, distribution des médicaments, prises de sang, pose de sondes en tout genre, pose de perfusion bref un infirmier très technique !

Dans les services de soins intensifs, nous faisons tous les soins du patient, avec ce volet évaluation beaucoup plus développé et pointu. Les inhalothérapeutes gèrent le côté respiratoire, intubation avec le médecin, réglage des respirateurs et adaptation des thérapeutiques liées à l’oxygénation, et nous travaillons en partenariat avec eux.

En services généraux les préposés aux ecg effectuent les ecg, c’est très sectorisé. L’infirmier a beaucoup plus de responsabilités ici au Canada

IMG-20131001-WA0002

Que peux-tu nous dire du système de soin ? 

Le système de soins est très proche du nôtre, avec la prise en charge de l’assurance sociale par le régime général de toute personne qui réside sur le territoire, qui y travaille.

L’assurance complémentaire est comme en France payante et demande a être choisie minutieusement pour être remboursé sur la plupart des soins courants.

L’hôpital est en partenariat avec deux assurances complémentaires, une part est payée par l’employeur, comme chez nous.

Les délais d’attente sont pour la plupart similaires à ceux en France, chirurgie hospitalisation, mais les temps d’attente aux urgences sont phénoménaux. Pour des urgences plutôt relatives, les délais d’attente sont supérieurs à 24h, mais dans la globalité le système se rapproche de celui de la France.



Pour trouver un médecin traitant, il faut s’inscrire sur une liste d’attente et cela peut prendre…un an ! Pendant ce temps le recours aux cliniques de quartier est conseillé.

 “J’ai vraiment aime faire ma job ici au Québec, comme ils disent !” 

Quel a été ton rapport avec les patients ? Avec les soignants ? Avec les médecins ?

Un très bon rapport avec les patients, qui sont toujours étonnés de rencontrer un infirmier Français les prenant en charge 😉 Je n’ai jamais eu de problèmes de communication, à part quelques différentes expressions que nos deux langages ont, je pense m’être plutôt bien intégré à l’équipe de soin, équipes toujours très professionnelles. Nous avons passé beaucoup de moments ensemble, notamment de nuit, et l’équipe est très soudée !

De part notre profession, j’ai eu le sentiment que les médecins portaient beaucoup d’attention à nos évaluations, nos observations et notre prise en charge, le contact avec les résidents (les internes) et les médecins-chefs ont toujours été très bons. Je parle surtout pour les soins intensifs où la relation ide/médecin est, je pense, plus facile, les médecins étant beaucoup plus accessibles et présents dans le service. 

Je sais qu’à Montréal on parle Français, est-il nécessaire de savoir parler Anglais pour travailler au quotidien ?

Oui à priori on y parle Français, mais selon la localisation de l’hôpital les patients pris en charge sont plus ou moins anglophones, certains hôpitaux sont même anglophones, celui dans lequel je travaillais se situait au nord de l’ile de Montréal, on y accueillait aussi des patients anglophones, donc oui l’anglais est plutôt utile surtout lors des éducations thérapeutiques 🙂

Mais le fait de ne pas pratiquer parfaitement la langue de Shakespeare n’est pas un drame, tous nos collègues canadiens sont bilingues ! sans l’accent frenchy !

 

DSC00231

DSC00238

DSC09684

DSC09693 

Qu’est-ce qui tu retires de cette expérience ?

Une fabuleuse expérience, j’ai rencontré des gens formidables, des équipes très soudées, j’ai pu me faire des amis, j’ai pu être accepté dans une équipe de soins et effectuer ma profession dans un pays étranger. Sur le plan professionnel, cette expérience a aussi été très riche ! Je pense avoir grandi professionnellement, acquis de nouvelles compétences et connaissances dans le domaine de la cardiologie, appris de nouvelles techniques de soin, avoir utilisé une nouvelle terminologie médicale.

Je conseille à tout le monde cette expérience, les contrats sont courts, un ou deux ans, voir plus si affinités, mais en ce laps de temps on peut vraiment évoluer dans notre profession ! J’ai vraiment aime faire ma job ici au Québec, comme ils disent!

Groupe Facebook : infirmier dans le monde

Si vous aussi vous avez pour désir de travailler à l’étranger en tant que professionnel de santé, n’hésitez pas à nous rejoindre sur notre groupe Facebook pour venir chercher des conseils pratiques sur l’expatriation !

Quels sont tes projets ?

Retenter une expérience similaire, mais cette fois-ci en Russie ! Et si possible toujours dans le domaine de la cardio !

Merci Thibaut d’avoir partagé cette magnifique expérience hors de nos frontières. Nous te souhaitons bonne chance en Russie et sommes impatients que tu nous racontes cette nouvelle aventure qui risque également d’être hors du commun.

Si vous souhaitez lui poser des questions, laissez-lui votre message dans les commentaires de cet article. Vous pouvez aussi consulter le blog d’Élodie une Infirmière Française au Québec.

Épingler cet article pour le lire plus tard sur Pinterest

14 Commentaires

  1. 18 février 2016
    Répondre

    Caribou a Mayotte alors !

  2. 19 février 2016
    Répondre

    A quand le petit tour par l’île Maurice !???? 🙂

  3. 21 février 2016
    Répondre

    Une pratique infirmière particulière au Canada: le rôle élargi. À découvrir dans ces récits d’infirmières québécoises:
    http://www.librairieduquebec.fr/livres/le-nord-bras-coeur-recits-infirmieres-infi-9782763728681.html

  4. Bonjour,

    Je suis intéressée par l’immigration au Canada.
    Je me suis déjà lancée dans la démarche et le fait de lire votre article m’encourage d’autant plus à continuer la procédure.

    Merci d’avoir partagé votre aventure avec nous!
    Mélanie

  5. Evelyne Emmanuelle
    6 juillet 2017
    Répondre

    Slt j’ai suivie votre parcours au canada je suis infirmière 2 ans expérience et je désir travailler au Canada comment faire

  6. Yahia
    11 juillet 2017
    Répondre

    Bonjour:
    Voila je me présente,infirmier algérienne ( techniciens supérieurs, diplômer d’état en soins généraux ). j ai mon BLS et ( ACLS et PHTLS ) par la fondation des maladies du cœur du canada. maintenant je suis en poste de travail avec une entreprise d’ assistance médicale française internationale en Algérie. 20ans d’ expériences,toute que je désire faire l’équivalent , travailler au canada , continuer mes étude , améliorer mon métier.

    Merci pour toute information liés a ma demande.

    Cordialement

    • hamida benali
      9 juillet 2018
      Répondre

      bonjour je suit infirmier soin genereaux on algerie exp de 25ans retraité j ais 43 ans je ss interisser du travaille au canada pou une ou plusieur contrat merci

    • said
      22 septembre 2018
      Répondre

      bonjour monsieur yahia , je suis un étudient en 3eme année paramédicale spécialité isp ( ma derniere année) et je veux bien vous poser des questions à propos d’immigration au canada si vous permété
      contacter moi svp , et bonne journée

  7. Jules
    12 juillet 2017
    Répondre

    Bonjour, j’ai passé trois années au Canada et j’ai bossé sur montréal en tant qu’infirmier. Ton article reflète beaucoup de ce que j’ai pu vivre. Merci pour ton témoignage. Je le conseil à tous.
    Au plaisir

  8. bayiha
    9 août 2017
    Répondre

    Bonjour moi je suis infirmier diplômé d’État exerçant au Cameroun est ce que le Canada reconnaitrait mon diplôme?car j’ai vraiment envie d’exercer Au canada et acquérir une experience en néonatalogie ou en anesthésie/réanimation. Que faire?merci d’avance!!

  9. Menye
    8 novembre 2017
    Répondre

    Brj suis Camerounaise et infirmière diplôme d’ état .. Notre diplôme est il reconnu au Canada? Si oui combien de temps doit on faire pr intégrer l’ odre des infirmiers Canadien

  10. Fatiha harakat
    20 septembre 2018
    Répondre

    Bjr je suis infirmière auxiliaire et je suis intéressée de travailler ou Canada et merci

  11. chaimaa
    22 octobre 2018
    Répondre

    bonjour,svp je veux savoir combien d’année d’expérience je dois avoir pour travailler au tant qu’ infirmière polyvalente étrangère au canada,et merci.

  12. nathalie
    23 octobre 2018
    Répondre

    infirmiere française 20 ans d’expérience je souhaite m’installer au canada et intégrer un service de gynécologie/obstétrique.
    Que me conseillez vous
    merçi
    nathalie

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.