Maëlle, une infirmière en Nouvelle Calédonie


Nouvelle Calédonie interview tour du monde Infirmier manip radio paramedical aide soignant humanitaire

Grâce au blog et à nos lecteurs, nous faisons de belles rencontres via notre page de contact et notre page Facebook. L’une d’entre elle s’appelle Maëlle, elle suit nos récits depuis quelques temps et elle a, elle aussi, décidé d’aller voir ailleurs comment cela se passe. Elle est infirmière et je la qualifierais même d’aventurière. Elle va à la rencontre de populations de Nouvelle Calédonie qui ont difficilement accès aux soins du fait de leur éloignement des grandes villes. Elle nous livre aujourd’hui une partie de son expérience.

Groupe Facebook : infirmier dans le monde

Si vous aussi vous avez pour désir de travailler à l’étranger en tant que professionnel de santé, n’hésitez pas à nous rejoindre sur notre groupe Facebook pour venir chercher des conseils pratiques sur l’expatriation !

Maëlle, une infirmière en Nouvelle Calédonie

Salut Maëlle, est ce que tu peux te présenter ?

Maëlle, 25 ans, haute-savoie, infirmière depuis bientôt deux ans.

Quel est ton parcours ?

Etre infirmière n’était pas ma vocation de petite-fille, c’est venu comme ça, après le bac. J’ai bossé un an en tant qu’ASH faisant fonction AS dans diff

érentes structures de soins, puis j’ai passé le concours et j’ai intégré l’école en septembre 2008. Et là, ça a été le déclic. Lors de mon premier jour de stage, je me suis dit : « C’est vraiment ça que je veux ».
Aujourd’hui, je peux dire que je suis très épanouie dans mon boulot (ce qui ne doit pas être le cas de tout le monde..) ^^

Après le diplôme, j’ai trouvé un poste en médecine court séjour gériatrique, avec polyvalence en service de gastro-entérologie. J’y suis d’ailleurs toujours !

“Mais voilà, mon âme de voyageuse me titillait de plus en plus.”

Maëlle, une infirmière en Nouvelle Calédonie

Il me semble que tu as eu l’occasion d’exercer ton métier d’infirmière en Nouvelle Calédonie, peux-tu nous en parler ?

A 17 ans, je suis partie trois mois apprendre l’anglais en Australie, seule. Pour la petite histoire, j’ai pleuré tout le vol du retour (soit 24h) car je ne voulais pas rentrer en France…

En deuxième année d’école d’infirmière (septembre 2010), je suis partie effectuer un stage au Sénégal. Dans un petit poste de santé à Mbour.  Séjour magique au Sénégal. Les locaux sont d’une gentillesse et d’une générosité  inimaginable.

Huit mois après mes débuts d’infirmière diplômée d’état, septembre 2012, je m’envole pour la Nouvelle Calédonie. Ce tout petit pays, inconnu par beaucoup, à côté de l’Australie et de la Nouvelle Zélande.

Pourquoi la Nouvelle Calédonie ?! Hmm, probalement suite à un reportage que j’avais vu, totalement par hasard. Avant ça, je n’en n’avais jamais entendu parler. J’ai fait quelques recherches sur le pays, etc.. et vu qu’ils parlent français, je me suis dit que ça serait plus facile pour trouver du travail.

Maëlle, une infirmière en Nouvelle Calédonie

Je pars donc avec mon sac à dos, sans avoir organisé quoi que ce soit. J’ai fait de belles rencontres de voyageurs et après avoir vadrouillé pendant 6 semaines à la découverte du territoire, je décide de trouver un travail en dispensaire.
Je ne voulais absolument pas travailler à l’hôpital de Nouméa. Cette ville me donnait de l’urticaire ^^ et ne reflète pas du tout la Nouvelle Calédonie. Comme toutes les grandes villes, me direz-vous.
Bref, j’ai trouvé un poste d’infirmière itinérante pour la province Nord. Ce qui signifie, que j’étais une infirmière qui se baladait de dispensaire en dispensaire selon les besoins.

Maëlle, une infirmière en Nouvelle Calédonie

Quelle était ta mission/rôle ? Qu’as-tu appris là bas ?

Expérience au combien enrichissante, à tous points de vue. Professionnel, personnel. Mais, je mentirais si je disais que ça n’a pas été par moments, difficile.

Le travail en dispensaire s’articule entre consultations infirmière (comme chez le médecin traitant en France), pansements, la PMI (vaccination des enfants, croissance, conseils, etc…), et puis les urgences avec un système de garde pour les soirs et week-end. Selon l’activité des dispensaires, il y a plus ou moins de personnel. On peut se retrouver seule dans un dispensaire en tant qu’IDE, avec juste un numéro de médecin en cas d’urgence, comme on peut se retrouver à quatre IDE , deux médecins, une sage-femme.

Maëlle, une infirmière en Nouvelle Calédonie

Mon premier week-end de garde a été mémorable. Cela faisait quatre jours que j’avais commencé à travailler. Mais voilà, qui aurait cru que je me retrouve à faire un accouchement d’un prématuré à 5 mois ? Certainement pas moi ! Et, à l’école, on n’apprend pas ça…
Par ailleurs, il faut savoir qu’en Nouvelle Calédonie il y a 3 hôpitaux sur tout le territoire, et seulement celui de Nouméa gère les grosses urgences. Les dispensaires sont loin des hôpitaux et tout prend du temps.
Du fait, pendant près de 2h30, j’ai du ventiler manuellement le bébé que je venais de mettre au monde, avec le médecin qui n’avait jamais fait ça non plus (équipe de choc ^^ ), tout en  essayant de le réchauffer si je ne voulais pas qu’il meurt. 2h30 : c’est le temps qu’à mis le SAMU pour arriver… Eh bien, c’est long, très long.

Maëlle, une infirmière en Nouvelle Calédonie

Quelques heures après, je me suis fait réveiller à 05h du matin par les gendarmes, pour un enfant en détresse respiratoire…
Une belle rentrée en matière pour une première garde !
Les gardes sont stressantes, car on ne sait jamais ce pour quoi on va être appelé, et on peut être amené à sortir « l’ambulance » en plein milieu de la nuit, en brousse, seule pour aller gérer un AVP…
Il y a des jours difficiles, et il faut bien garder ça en tête.  Cependant, il est clair, que j’ai appris énormément de choses, et que j’ai acquis un peu plus de confiance en moi.
On apprend à être polyvalent : consultations médicales, pédiatre, sage-femme, manip-radio, ambulancier, infirmier, psy, etc…

Le principal problème de santé publiques est le RAA (ou Rhumatisme Articulaire Aigu) qui n’existe plus en France depuis plusieurs années. C’est une affection à streptocoques qui touche les articulations, par un syndrome inflammatoire, et qui peut aller toucher les membranes séreuses comme le péricarde ou la plèvre. Du coup, il y a un gros travail de prévention. Le traitement consiste à des injections d’antibiotiques toutes les 3 semaines et dès le plus jeune âge.

Il y a aussi de gros problème d’alcool, d’obésité et toutes sortes d’infections dues à un manque d’hygiène.

Maëlle, une infirmière en Nouvelle Calédonie

La culture locale est très présente en brousse. Avant de venir au dispensaire, les kanaks essaient de se soigner avec leurs plantes, et attendent le dernier délai pour venir consulter au dispensaire. Il n’y a pas de supermarché, seulement des petites alimentations où on peut trouver deux trois bricoles. Beaucoup de fruits dans la nature (letchis, mangues, citrons, papayes, fruits de la passion, ananas, cocos, bananes,etc…), par contre pour les légumes c’est plus compliqué.

Il n’y a rien en brousse, du coup pas de tentation pour faire des dépenses quelles qu’elles soient. Le seul endroit où on peut dépenser est le Nakamal pour boire le kava !

Qu’est ce qui t’as le plus marqué à l’étranger ?

Ce qui m’avait déjà interpellé au Sénégal, c’est la notion de rapidité. Oui, il faut faire les soins vite. Il y a une sorte de culture du «  vite fait, bien fait » si j’ose dire. Les gens n’aiment pas attendre, et il n’est pas franchement question de parler de tout et rien pendant le soin.

On apprend à connaitre les locaux en dehors du dispensaire, et bien souvent au nakamal. C’est là, où l’on boit le kava.

Après mes 6 mois en Nouvelle Calédonie, j’ai repris mon sac de globe-trotteuse pour découvrir le Vanuatu (qui restera mon plus beau souvenir) et la Nouvelle-Zélande.

Au Vanuatu, j’ai vécu dans un tout petit village, au fin fond la jungle, sur une toute petite île, à 5h de marche du village principale. Seule blanche,  sans eau, sans électricité, sans voiture, coupé de tout, sauf d’humanité !

Maëlle, une infirmière en Nouvelle Calédonie

J’ai eu la chance de partager le quotidien des Vanuaté, j’en garde un souvenir magique et intacte et je crois avoir encore des étoiles dans les yeux quand j’en parle. Les gens sont d’une gentillesse, et d’une générosité immense. Ils étaient contents de rencontrer une petite française qui s’intéressait à eux et à leur mode de vie.

Mode de vie tranquille, ils vivent de la pêche, de leur culture, des fruits qu’offrent la nature (cocos, papayes, bananes, etc…). Ils construisent leurs villages avec ce qu’offre la nature.

De temps en temps, un membre de la famille rend visite à d’autres membres de la famille sur une autre île ou à Port Vila capitale de l’Ile principale) et ramène des habits (non ils ne vivent pas tout nu et tout bronzé ! ^^ ) ou du riz, café, etc.

“La vie est simple, ils sont heureux de vivre tous ensemble et profite des instants présents.”

J’ai eu la chance de partager cela avec eux quelques jours. Aller prendre “son bain” après une très longue randonnée dans la jungle par 45°, dans la rivière, entre filles et en profiter pour laver son linge, rire entre filles, apprendre à faire la musique avec l’eau…Du bonheur !!!

Maëlle, une infirmière en Nouvelle Calédonie

En revenant du Vanuatu, je me rappelle avoir ressentie un apaisement immense et un bien-être total. Cela peut paraître bête, mais voilà, j’avais trouvé, je pense, ce que j’étais partie chercher en quittant la France et que je n’avais pas trouvé en Calédo.

Bien-être que j’avais déjà ressenti au Sénégal.

Quel est ton regard sur ton métier d’Infirmiers en France ?

Le retour en France, a été difficile moralement. Que voulez-vous, comme le dit si justement Sylvain Tesson : «  On ne devient pas voyageur, on nait ce que l’on est. »
Ce qui me dérange aujourd’hui encore plus, c’est que je constate tristement à quel point l’hôpital en France devient une entreprise, dirigé par la notion de rentabilité (sujet de mon TFE).
J’ai le sentiment, que parfois, il y a un manque d’authenticité dans les soins.
Et la notion du gaspillage, je n’en parle même pas ! A croire, que l’on vit dans une bulle stérile !

Comment fais-tu pour travailler en France ?

C’est exactement ce que je me demande en ce moment. Quand je suis rentrée en France en Avril, j’avais vraiment envie et besoin de rentrer. C’était aussi mon premier long voyage. Aujourd’hui, je pense qu’à repartir…J’ai de plus en plus de difficultés avec mon travail à l’hôpital.

Et après, quels sont tes projets ?

Pour ce qui est des projets, je suis en train de réfléchir et organiser mon prochain voyage pour le début d’année. Je pense partir en Asie, et si vous avez des infos pour travailler en dispensaire, je suis toute ouïe !

 

Merci Maëlle d’avoir partagé tes aventures avec nous, c’est très enrichissant ! Bravo ! Et n’hésites pas à nous au courant de tes nouveaux voyages, nous restons à ton écoute…

Si vous aussi vous avez pour désir de travailler à l’étranger en tant que professionnel de santé, n’hésitez pas à nous rejoindre sur notre groupe Facebook pour venir chercher des conseils pratiques sur l’expatriation !

41 Commentaires

  1. floraline
    15 septembre 2013
    Répondre

    Je suis tombée par hasard sur cette article qui m’a énormément intéressée et là, en regardant la photo
    “mais oui maëlle!” nous étions dans la même promotion. Lorsque tu étais au Sénégal, je me trouvais en stage au Vietnam (d’ailleurs si je peux t’être utile pour ton voyage en Asie n’hésite pas). Bien contente de voir que tu continues dans la voie de la découverte. Bonne continuation à toi Flora

    • ma elle
      18 septembre 2013
      Répondre

      Hey ! Mais ouiiii, je me rappelle très bien. Ca me fait trop plaisir d’avoir de tes nouvelles. T’as facebook qu’on papote ? Si jamais, ajoute moi 🙂
      J’espère que tout va bien pour toi.
      A très bientôt !

      • floraline
        19 septembre 2013
        Répondre

        Re
        Non je n’ai pas facebook (par principe) je réfléchis à un moyen de se contacter…: va sur ce lien http://www.infirmiers.com/forum/debut-dans-profession-tres-dure-t133343-30.html#p2752343 tu reconnaîtras mon pseudo et tu pourras m’envoyer un MP d’ac? bises flo

        • ma elle
          20 septembre 2013
          Répondre

          Florence m’a filé ton mail. Je t’ai envoyé un mail. C’est plus simple 🙂

      • Kerebel
        15 mai 2015
        Répondre

        Bonjour,

        Je m’appelle antoine, infirmier en métropole. J’ai lu ton article qui été très intéressant et donne envie de voyager. Après un premier arrêt en guadeloupe je souhaite travailler en nouvelle calédonie.
        Je suis en train de me renseigner (vol, logement…).
        Aurais-tu s’il te plait des conseils à me donner pour postuler sur ce magnifique bout de terre 🙂 ??
        Merci d’avance,

        Antoine

  2. Margot
    28 septembre 2013
    Répondre

    Merci à nouveau pour cet article, qui donne tellement envie de suivre ces traces. Au fur et à mesure des mois, je réalise que nous sommes également nombreux dans ma promo d’infirmiers à vouloir partir ! Je te souhaite bonne route Maëlle ! 🙂

    • 13 octobre 2013
      Répondre

      Merci Margot et à bientôt 🙂

  3. ma elle
    8 octobre 2013
    Répondre

    Merci Margot.
    Tu es en quelle année ? En tout cas bon courage pour l’école, c’est long et difficile, mais
    après c’est que du bonheur !
    Et si tu veux partir une fois diplômée, je ne dirais qu’un mot FONCE ! Ce sont de expériences
    magiques et enrichissantes à tous points de vue 🙂

  4. Margot
    15 octobre 2013
    Répondre

    Je suis en troisième année ! Et mon projet commence enfin à prendre forme. 🙂
    Je fais d’ailleurs mon travail d’unité optionnelle ( = mais que voulez-vous faire après ? ) sur les infirmiers globe-trotters, et je cherche quelques personnes à qui poser des questions.
    Pourrais-je prendre ton mail ? 🙂

  5. ma elle
    15 octobre 2013
    Répondre

    Ah, t’es bientôt au bout 🙂

    Oui, pas de problème.

  6. Guillaume
    11 décembre 2013
    Répondre

    Je suis bluffé par ton récit…. je suis actuellement étudiant en soins infirmier de deuxième année et mes projets s’inscrivent exactement sur la même lignée que ce que tu as vécue. J’ai l’impression de faire un bond dans le futur, je lis ce que je rêve de pouvoir raconter dans quelques années. Pourrais je te demander des renseignements sur le travail en dispensaire en NC. Je me suis rendu sur le territoire en 2009/2010 pour un road trip dont je rêve encore, j’ai fais tout le tour de la calédonie avec mon sac à dos, rencontré des infirmiers dans les dispensaires notamment sur les îles Belep ou à Lifou. Bref en repartant je me suis dis qu’un jour je serai à leur place… Mon projet est donc de travailler sur le territoire Calédonien dès l’obtention de mon diplôme puis de me déplacer dans le pacifique notamment au Vanuatu et en Nouvelle zélande…
    Si je peux avoir des renseignements et des bons plans à ce sujet je suis preneur.

  7. ma elle
    13 décembre 2013
    Répondre

    Salut

    Mon e-mail = banksya.aus @ gmail.com ou Facebook = maëlle ost

    Ca sera avec plaisir que je répondrais ( si je peux ) à ce que tu veux savoir 🙂

  8. El Djé
    27 janvier 2014
    Répondre

    Bonjour,je viens de tomber par hasard sur votre blog où j ai vu la photo avec ce kanak souriant . S agissait t il de Billy? Bien perché et porté sur la brique de vin? Car on a partager de grand moment avec lui et aussi de grands moments de solitude….que de souvenirs en kanaky où j étais aussi infirmier.bon vent

  9. ma elle
    27 janvier 2014
    Répondre

    Salut El DJé,

    Mais oui c’est bien Billy 🙂 Une belle rencontre celui là 🙂

    Bon souvenirs de Kanaky oui comme tu dis. Tu y étais y a longtemps ?

  10. charlotte
    4 février 2014
    Répondre

    bjs, je suis en troisième année d’infirmière et j’ai le projet de partir quelques mois après mon diplôme en Nouvelle Calédonie. Serais t-il possible qu’on prenne contact?
    merci 🙂

  11. 19 août 2014
    Répondre

    Bonjour,
    Merci d’avoir partagé votre incroyable expérience. Je suis infirmière depuis ans en Île de France et j’aimerais beaucoup m’expatrier à l’étranger! Les DOM TOM et toutes les îles francophones m’attirent mais ce n’est pas toujours facile de trouver des offres d’emploi infirmier pertinentes!
    Je me renseigne beaucoup sur les remplacements via de nombreuses agences intérim, avec en tête Adecco Médical qui proposent tout type de contrats. Si vous connaissez des personnes qui ont pu partir avec cette agence, pourriez-vous me faire entrer en contact avec elles s’il vous plait? Cela m’aiderait à me rendre compte le plus concrètement possible de la faisabilité de mon projet!

  12. Justine
    2 février 2015
    Répondre

    Wouah ton expérience me fait rêver ! Je suis actuellement étudiante en troisième année et réfléchi à ce que je vais faire diplômée. Je pense de plus en plus à partir à l’étranger mais dans un pays francophone. Question pratique, mais où as tu logé pendant tes 6 mois en Nouvelle Calédonie ?

  13. mathilde
    17 mai 2015
    Répondre

    Salut maëlle , hyper sympas cet article j’ai pour projet de décoller pour les dispensaires de NC ide depuis ans en rea j’aimerais pouvoir échanger avec toi si c est possible de se contacter 😉 merci

  14. ma elle
    21 mai 2015
    Répondre

    Oui bien sur 🙂

  15. 23 juin 2015
    Répondre

    Mon rêve et de partir en Nouvelle Calédonie depuis l’age de mes 9 ans ( j’en ai 15 ) et je suis toujours passionne par cette île et je souhaite y allez d’ici quelque année. Je voudrai partir avec mon sac a dos sans rien et me débrouiller seule. Je voudrai savoir combien coute le billet pour allez en nouvelle caledonie ? Et si d’arriver avec rien est dur au debut ? Tres beau parcours Maêlle.

  16. Sofia
    11 août 2015
    Répondre

    Salut Maelle !
    Comme beaucoup de personnes ici, ton article est vraiment sympa.
    J ai vécu 2 ans sur l’île de la Réunion, même si j ai eu un gros coup de coeur pour cette île, j ai envie de voir autre chose et surtout faire autre chose que bosser à l’hôpital/clinique. J aimerai une nouvelle expérience, en dispensaire justement.

    Tu as trouvé assez simplement le job là bas ?

    Que penses-tu des “risques” que tu as pris en gérant des urgences seuls ? Notamment la détresse respiratoire ou encore l’AVP ?
    Car on reste de simples infirmiers face à des urgences où nous avons besoin de prescriptions médicales orales ou écrite!

    Merci et à bientôt j’espère 🙂

  17. Laura
    17 septembre 2015
    Répondre

    Salut,

    Je suis étudiante infirmière en Suisse et je rêve d’aller faire un de mes stages en Nouvelle – Calédonie ou en Polynésie! Je suis d’ailleurs en train de programmer tout ça.

    C’est pour ça que je poste ce commentaire, afin de savoir si qqun peut me donner des adresses pour contacter les gens de là – bas? (J’ai déjà contacté quelques dispensaires mais pas de réponse)

    Merci beaucoup 🙂

  18. Manon
    29 septembre 2015
    Répondre

    Bonjour Maelle,
    Je suis à l’école d’infirmière et à la recherche d’un stage en dispansaire en NC pour l’année prochaine. Je viens de lire ton article avec des étoiles plein les yeux.
    Je voulais savoir si tu aurais des contact pour effectuer ce stage ou quelque conseil à me donner ?

    merci 🙂

  19. charlène
    28 octobre 2015
    Répondre

    Bonjour Maëlle, je viens de lire ton récit qui m’a beaucoup intéressée car je suis actuellement infirmière en HAD et je souhaiterais partir en Nouvelle Caledonie. Je voulais donc savoir si tu pouvais me donner des info sur la vie là bas? Si il y a du travail ou non? Ou si alors tu es toujours en contact avec des infirmiers là bas qui pourraient me renseigner?
    Merci beaucoup de nous avoir raconter ton voyage qui je pense nous a tous fait rêver 🙂

  20. Marika
    7 décembre 2015
    Répondre

    Bonjour Maëlle,

    Je viens d’arriver sur le Caillou, et je cherche actuellement du boulot sur Nouméa et sa périphérie. Aurais tu des pistes à me donner ?
    Je voulais travailler en dispensaire, mais avec ma petite de 8 mois, c’est un peu compliqué de bouger de dispensaire en dispensaire sans en avoir un, un peu fixe.
    A bientôt peu être !
    Et merci en tout cas de partager ta belle expérience, ça donne envi de travailler avec toi et dans ton secteur !

  21. Ilham
    9 décembre 2015
    Répondre

    J’ai redécouvert un bout de souvenir dans ton récit, Merci d’avoir partagé cette expérience!…. J’ai vécu en NC pendant 11 mois à Pouébo (2007-2008, ça fait déjà un bout de temps!..mais je suis retournée en vacances en 2011)où j’ai travaillé en tant qu’infirmière en dispensaire. Ce que j’ai trouvé là-bas n’a pas de mots… Des amitiés fidèles, un art de vivre au naturel..Bref, un bout de paradis…Je suis restée au même endroit, pas d’itinérante pour moi, j’avais besoin de m’imprégner de cette culture kanake à un endroit fixe…j’ai eu cette chance et j’y ai découvert une richesse immense que l’infirmier itinérant n’a pas le temps de découvrir. Je crois que ce que tu as vécu au Vanuatu m’a fait ressentir ce que j’ai vu à Pouébo, j’ai eu le sentiment de vibrer du bout des doigts à chacune de tes émotions décrites. Je n’ai jamais pu rentrer en Métropole après cette expérience humaine. A défaut d’un autre voyage exotique, je vis actuellement en Suisse et me réjouis déjà de repartir, peut être cette fois ci en Polynésie. Bon vent à toi chère collègue!..

  22. Lucile
    24 janvier 2016
    Répondre

    Bonjour Maëlle,

    Je viens de lire le reportage, et j’adore !! Je suis en ce moment en troisième année d’école infirmière, et diplômée en juillet. Mon projet et de partir en nouvelle calédonie pour quelques mois et y travailler. J’aurais voulu savoir s’il était possible de te contacter pour avoir des informations supplémentaires sur ton aventure, ton ressenti, le dispensaire, le soin là bas… enfin pas mal de choses !
    En te remerciant de ta réponse 🙂

  23. 21 février 2016
    Répondre

    Comme c’est beauuuuuuuuu toetus ces jolies couleurs de printemps !!!! Les enfants sont tre8s expressifs c’est le plus jolies photos d’ailleurs !!! Que de jolis souvenirs pour leur maman !Bravo ma belle pour cette belle performance !Bises

  24. Célia
    28 avril 2016
    Répondre

    Bonjour,
    votre article est magnifique, merci de nous faire partager votre expérience: ça donne vraiment envie !
    J’ai choisi de faire un stage à l’étranger pendant ma formation infirmière et c’est exactement l’expérience que je recherche !
    Je suis actuellement en école d’infirmière à Bordeaux en France et j’aimerais savoir s’il est possible d’effectuer mon stage dans ce type de structure et si vous aviez des contacts (par mail) à me fournir.
    Je me tiens à votre disposition pour de plus ample information,
    Célia

  25. lucie
    1 août 2016
    Répondre

    waouh ton récit me fait vraiment rêver !! Je viens d’être diplômée et je bosse aux urgences en france jusqu’en Décembre. J’ai eu la chance de voyager en Inde au camborge et de faire mon stage en troisième année au Burkina faso. Mon projet est de travailler dans un dispensaire de brousse. Penses tu qu’il faut plus d’expériences ? Comment as tu trouver ce poste (quelle sites)? Es tu payé ? Le climat n’est pas trop difficile?

    Merci pour ton super retour d’expérience et j’espère avoir une réponse .
    Lucie

    • Ma Elle
      24 avril 2017
      Répondre

      Salut, Lucie,
      Je pense qu’avec ton expérience tu peux sans souci te lancer dans ton projet ! 🙂

  26. Pauline
    8 janvier 2017
    Répondre

    Bonjour Maëlle, je suis actuellement en deuxième année d’IFSI, et avec une amie nous recherchons des contacts ou des infos pour partir 8 semaines en stage en Nouvelle Calédonie. Interessées par l’humanitaire, nous avons pensé que les dispensaires pourraient être un bon compromis entre notre expérience un peu trop faible pour de l’humanitaire, et nos envies de voyage.
    Magnifique récit, et si jamais tu as des conseils ou infos a nous faire passer, c’est avec plaisir que je les prendrait.
    Pauline

    • Ma Elle
      24 avril 2017
      Répondre

      Salut Pauline,
      Le mieux est que tu contactes directement les provinces de NC pour voir avec eux s’ils ont de la disponibilité.

  27. Mathilde
    9 avril 2017
    Répondre

    Coucou Maelle, cet article est vraiment top et permet de voir ce que ça donne réellement!
    je serais interessée de voir ton sujet de TFE, si ça ne te déranges pas 🙂
    Merciiii pour tout!

    • Ma Elle
      24 avril 2017
      Répondre

      Salut,
      Tu as le même thème de sujet de TFE ?
      Je ne l’ai plus sur mon ordi ( celui où il y était a rendu l’âme ) je ne l’ai qu’en papier.
      Désolée

  28. Astrid
    19 avril 2017
    Répondre

    Bonjour Maëlle
    je suis une vieille infirmière de 55 ans avec 32 ans de carrière. Je fais du libéral depuis 27 ans dans une zone de montagne.Dans ma promo une amie de l’époque est partie en Nouvelle Calédonie. Aux dernières nouvelles qui datent de beaucoup d’années, elle était libérale sur l’île d’Ouvéa. Cela fait longtemps que j’essaie de la retrouver mais en vain.
    Vous qui avez circulé sur ces ïles avez-vous entendue parler d’elle? Elle s’appelait à l’époque Fabienne de Deservilliers du nom de jeune fille Herman et a deux fils . Merci beaucoup si vous pouviez me dire si elle y est toujours
    Bonne journée
    Cordialement

  29. Ma Elle
    24 avril 2017
    Répondre

    Bonjour Astrid !
    Malheureusement je ne peux pas t’aider, je n’ai pas connu ton amie.
    J’espère que tu arriveras à la recontacter.

  30. Ophélie
    20 novembre 2017
    Répondre

    Salut Maëlle!
    Superbe article ! Ca donne encore plus envie d’y aller !
    J’avais une petite question ; je suis étudiante sage femme en dernière année et je serais vraiment très intéressée d’exercer en Nouvelle-Calédonie.
    Aurais-tu éventuellement des informations concernant cette profession ?
    Un grand merci d’avance !
    Ophélie

  31. Thevin
    19 décembre 2017
    Répondre

    Salut Maëlle !

    Ton article est assez vieux mais peut être liste encore tes commentaires 🙂
    Je suis en Nouvelle Caledo pendant un mois en vancances, et je cherchais justement à trouver un dispensaire où tu es au plus près des populations.
    J’ai déjà travaillé dans des dispensaires en Inde auparavant.
    Avec quelle organisation\dispensaire as tu travaillé ?

  32. Angelique
    30 janvier 2018
    Répondre

    Salut Maëlle,

    Ton article est vraiment chouette et conforte mon projet d’y partir en octobre prochain. Je voulais savoir quand tu es parti, ou étais tu logé ? Est ce que l’on t’avais proposé un logement auprès du dispensaire?

    • perrier
      14 septembre 2018
      Répondre

      salut, je suis interessée pour savoir si tu as avancé dans ton projet de depart en octobre ? si oui je peux avoir quelques infos sur les procédures que tu as du suivre, si tu as reussi à contacter un dispensaire à l’avance ? voila mon mail Lauralee29@neuf.fr merci d’avance 🙂

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.