Le Nord-Est du Brésil : De Camocim à Jericoacoara


Autant être honnête, avant d’avoir posé les pieds au Brésil nous n’avions jamais entendu parler de la ville de Jericoacoara. Cette station balnéaire située sur notre route, nous a été chaudement recommandée depuis notre départ : Ilmars à Alcantara et Bertolodo aux Barreirinhas : ” ! S’il y a un endroit que vous devez visiter dans le Nord-Est, c’est la ville de Jericoacoara”. Nous n’avons pas de planning, pas d’itinéraire, alors allons voir à quoi ressemble cette ville que tout le monde nous recommande.

Le Nord-Est du Brésil : De Camocim à Jericoacoara

Vous pouvez aussi voir notre trajet en direct depuis le début de ce roadtrip

Le Nord-Est du Brésil : De Camocim à Jericoacoara

Pour aller à Jericoacoara depuis les Barreirinhas, il y a 2 possibilités, par la route ou par la plage. Sur les conseils de Bertoldo au Barreirinhas nous décidons de rejoindre la ville de Camocim en coupant par une piste : le passage du chanteur (Passagem de canto : S2° 50.082′ W42° 51.978′). Cette piste qui prend la direction de Paulino Néves, nous évite de faire un détour de plus de 130 kilomètres par la route.

Bertolodo nous a prévenus il y a un peu de sable, mais notre véhicule pourra s’y aventurer sans problème. Sur le papier, couper par ce passage nous fera gagner du temps. -Surprises- La route est encore une fois chaotique, de la piste du sable, beaucoup de sable même, mais bon on commence à être habitué maintenant… Le syncro évolue parfaitement sur ce type de terrain et les 4 roues motrices nous permettent d’aller partout. Prudent, on dégonfle encore plus nos pneus pour rouler, 1 bar, c’est un moindre mal sur ce type de terrain et les BF Goorich AT sont réputés résistants. Nous verrons bien.

Sur notre route nous passons par la ville de Cardosa (S2° 57.870′ W42° 45.966′) Petite bourgade qui comporte des paysages de carte postale et qui vaut VRAIMENT le coup de s’arrêter. On en profite pour faire une halte pour nous rafraichir de la température caniculaire qui règne ici dans un cours d’eau complètement cristallin.

Pendant ce court interlude sur notre route, on croise des enfants qui nous saluent de loin, on leur répond à notre tour puis ils courent se cacher. On se rapproche de leur lieu de baignade avec le van, puis on leur mime le geste d’une photo avec notre téléphone portable. Ils posent fièrement, puis retournent jouer dans l’eau. De notre côté on sort rapidement notre imprimante photo portable pour leur faire une petite surprise. Dans ce voyage, comme vous le savez, nous voulions aussi amener une autre forme de partage, photographier les personnes rencontrées sur la route et leur offrir un portrait en 10cmx15 cm. On ne se comprend pas toujours, mais quel bonheur de voir leurs visages s’illuminer quand ils découvrent leur visage en photo !

Le Nord-Est du Brésil : De Camocim à Jericoacoara

Le Nord-Est du Brésil : De Camocim à Jericoacoara

Le Nord-Est du Brésil : De Camocim à Jericoacoara


Le Nord-Est du Brésil : De Camocim à Jericoacoara

Le Nord-Est du Brésil : De Camocim à Jericoacoara
Le Nord-Est du Brésil : De Camocim à Jericoacoara

Barreirihnas-8832

Barreirihnas-8814

Barreirihnas-8834

Barreirihnas-8846

Barreirihnas-8835

Barreirihnas-8837

Barreirihnas-8842

Barreirihnas-8851

La route jusqu’à maintenant était plutôt plaisante, je dis bien jusqu’à maintenant… Plus on avance et plus le sable se fait présent jusqu’à ce fameux moment où nous tombons sur des pistes de sable pas vraiment meuble. Mais le pire de tout c’est que nous étions au milieu de rien, avec une piste de plus en plus étroite et en montée pour ne pas arranger notre stress !

C’est notre première grosse peur durant ce roadtrip, nous avons bien cru finir ensablés au milieu de rien. Une dépanneuse (encore aurait-il pu falloir la contacter…) n’aurait jamais pu accéder par là ou nous sommes passés. Ce petit bout de piste de 2 kilomètres nous a semblé interminable. 2 kilomètres de stress où nous avions vraiment le pied au plancher, car s’arrêter était pour nous synonyme de fin (enfin plutôt d’ensablement avec aucune possibilité de dégagement…). Mais bon on s’en ait sorti sans encombre et cette expérience fut extrêmement positive pour les prochaines étapes qui allait suivre.

Camocim : un petit air de Venise

Camocim est le point de départ de tous ceux qui souhaitent rejoindre Jericoacoara par la plage, pour ce faire il faut impérativement prendre un bateau sur le port de Camocim. Attention aux prix, car en fonction de la personne à qui vous avez affaire il varie du simple au double (nous avons payé 25RS pour la traversée). Si vous n’êtes pas certain de pouvoir traverser, ou de pouvoir suivre la piste seul, vous avez aussi la possibilité de prendre un guide au départ de Camocim. Généralement, si vous trainez aux alentours du port, c’est lui qui vous trouvera. Il porte en général un badge de guide officiel ainsi qu’un t-shirt, cette prestation est de 120RS en moyenne. Ce guide, qui monte avec vous dans le véhicule, va négocier les prix pour les 2 barques qu’il faut prendre sur la route et va vous indiquer les chemins qu’il faut suivre jusqu’à Jericoacoara. Si l’aventure ne vous tente pas, il est possible de prendre une route plus conventionnelle jusqu’a Jericoacoara.

Le Nord-Est du Brésil : De Camocim à Jericoacoara

Camocim-8860

Camocim-8863

Camocim-8865

Camocim-8876

Camocim-8890

Camocim-8892

Camocim-8898

Camocim-8902

Camocim-8906

Camocim-8909

Camocim-8910

Camocim-8931

Camocim-8943

Le paradis se trouve au Brésil et il se nomme Jericoacoara !

Le paradis se trouve au Brésil et il se nomme Jericoacoara !

Le paradis se trouve au Brésil et il se nomme Jericoacoara !

La traversée du rio coréau, ainsi que la route de plage vers jeri, est surement un de nos meilleurs souvenirs de ce début de roadtrip. Cette route qui est à emprunter à marée basse, n’est pas difficile en soi (encore faut il savoir où aller ! ), mais mérite un article complet pour détailler ce petit périple d’une quarantaine de kilomètres !

Le paradis se trouve au Brésil et il se nomme Jericoacoara !

Jericoacoara est une petite station balnéaire très populaire ici au Brésil. Depuis quelques années elle a su aussi devenir la mecque des kites surfeurs du monde entier. Si votre budget vous le permet, l’endroit est truffé de kite school pour prendre des cours auprès des nombreux profs (Français notamment) dans le coin. Sachez-le, la ville de Jericoacoara est complètement fermée à la circulation, les voitures et les buggys doivent se garer à l’entrée de la ville sur un parking payant (10RS/ jour) et prendre une navette gratuite jusqu’au centre.

Pour bivouaquer sans problème à Jeri, nous avons décidé de sortir de la ville et nous mettre à côté de la grande dune non loin de la piste de sable. Honnêtement pour dormir à côté de Jericoacoara, ce n’est pas la place qui manque pour bivouaquer. La nuit est tout de même passante avec quelques motos et buggys sur la plage, mais rien de dérangeant, c’est très safe.

Jericoacoara-9373

Jericoacoara-9381

Jericoacoara-9392

 

 

2 Commentaires

  1. 24 novembre 2015
    Répondre

    Ola, tudo bem 😉 Nous sommes les français avec qui vous avez fait un petit bout de chemin ce matin à Baia Formosa. Votre blog est super, on va suivre la suite de vos aventures de près.
    Mon facebook perso : https://www.facebook.com/jean.senechal.12
    Notre site web, voyages en 4×4 : http://www.coeurbresil.com
    Abraços
    Odette et Jean

    • 25 novembre 2015
      Répondre

      Super ! On va suivre tout ça ! A bientot 🙂

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.